Journée d’études Paris 8, 18 juin. L’argent dans la Grande Guerre

Association Française d’Histoire Économique (AFHE).
Histoire Eco

Jeudi 18 juin 2015 – Journée d’études

Université Paris 8 – IDHES (UMR 8533 du CNRS)

(Métro : ligne 13, Saint-Denis-Université)
Bâtiment D, Salle 143

L’ARGENT DANS LA GRANDE GUERRE

En avoir un peu, beaucoup, pas du tout

(France, 1914 – 1918 / 1920)

Jean-Luc Mastin & Philippe Verheyde

Dans le corps social en guerre, la circulation de l’argent, perturbée par la crise monétaire et financière et par l’occupation de dix départements du Nord et de l’Est, révèle, sécrète ou aggrave des déséquilibres et des inégalités. Les désordres monétaires sont graves : l’inflation ronge le pouvoir d’achat ; l’or disparaît, thésaurisé ou absorbé par les besoins de la guerre ; la pénurie de monnaie divisionnaire prive les petites gens de petits sous et suscite une multiplicité d’émissions monétaires locales qui pose la question d’une régulation étatique. Pour les capitaux, la guerre paraît être une bonne affaire : emprunts d’Etat et marchés de guerre s’offrent aux rentiers, industriels, négociants et banquiers. Mais profite-t-elle à tous les gens d’argent et à toutes les places financières ? L’anémie des bourses de valeurs permet d’en douter. Enfin, les écarts de richesse s’accroissent : les bénéfices de guerre font naître ou consolident des grandes fortunes ; l’ampleur nouvelle de la pauvreté et de l’indigence dans les grandes villes réactive la question sociale et rend urgente l’assistance. De ce point de vue, l’occupation a-t-elle exacerbé les effets de la guerre dans le Nord ? On l’aura compris : on ne dissèquera pas le nerf de la guerre, mais, sur la base de travaux récents, on analysera comment la guerre et l’occupation éclairent d’un jour nouveau, voire transforment les structures sociales du capitalisme français, au seuil du « court XXe siècle ».

9 h 15 Accueil (café)

Présidence : Jean-Louis Loubet (Univ. Évry, IDHES)

9 h 30 Philippe Verheyde (Univ. Paris 8, IDHES)

Introduction

9 h 45 Michel Margairaz (Univ. Paris 1, IDHES)

Les circuits de l’argent et les grandes institutions publiques

10 h 15 Clotilde Druelle-Korn (Univ. Limoges, CRIHAM – EA 4270)

Quand les petits sous viennent à manquer, la monnaie de nécessité et ses usages pendant la Grande Guerre.

10 h 45 Discussion et pause

11 h 30 Jérémy Ducros (EHESS, Paris School of Economics)

La Bourse des valeurs mobilières de Lyon dans la tourmente de la Première Guerre mondiale.

12 h Jean-François Grevet (Université d’Artois, CREHS – EA 4927)

Ont-ils roulé sur l’or ? Retour sur le financement et les profits des fabricants automobiles pendant la Grande Guerre.

12 h 30 Discussion

Déjeuner

Présidence : Danièle Fraboulet (Univ. Paris 13, CRESC – EA 2356 / IDHES)

14 h Etienne Zannis (Univ. Lille 3, IRHiS)

La contribution extraordinaire sur les bénéfices de guerre dans le Nord

14 h 30 Jean-Luc Mastin (Univ. Paris 8, IDHES)

La guerre et l’occupation : catastrophe ou bonne affaire pour les « grandes familles » du Nord ? (région lilloise, 1914-1923)

15 h Discussion et pause

15 h 45 Béatrice Touchelay (Univ. Lille 3, IRHiS)

Quand on n’a pas d’argent. L’urgence de l’assistance (Lille, 1914-1918)

16 h 15 Philippe Verheyde

Quand on n’a pas d’argent. Les bureaux de l’aide sociale et le soutien aux populations en région parisienne

16 h 45 Discussion

17 h 15 Jean-Luc Mastin

Conclusion